Ingrédients

Fil de navigation

Ingrédients - Afficher les éléments par tag : Fruits
mardi, 25 juillet 2017 12:52

La Groseille

La groseille est le fruit du groseillier, un arbuste aux branches avec des épines et qui peut atteindre 1 m de haut.

Il existe plus de 150 variétés de groseilles.

Les pays qui en produisent le plus sont l’Allemagne, la Pologne et la Russie. Les groseilles sont habituellement classées en deux catégories soient les groseilles à grappes et les groseilles à maquereau..

Les groseilles à grappes sont des baies rondes, blanches ou rouges d’environ 5 mm de diamètre et sont originaires d’Europe du Nord et d’Asie.

Les groseilles à maquereau sont des baies qui peuvent, selon les variétés, être jaunes, vertes, blanches ou rouges. Elles sont plus grosses que les groseilles à grappes. Contrairement à ces dernières, elles poussent en solitaire plutôt qu’en grappes. Leur chair est remplie de petites graines comestibles et a un goût acide.

Historique de la groseille

Les groseilles ne sont plus cultivées en Amérique du Nord car au XIXème siècle, un champignon a détruit la quasi totalité des arbustes produisant les groseilles. Elles ne sont donc pas offertes fraîches dans ces régions. Le nom groseille à maquereau proviendrait d’une sauce aigre-douce cuisinée à partir de ces groseilles et qui accompagnait le maquereau chez les Anglais.

Effets santé

Vitamine C/antioxydants

Les groseilles sont une bonne source de vitamine C. En plus de son rôle d’antioxydant, la vitamine C contribue au maintien de l’intégrité de la peau, aide à la cicatrisation des plaies, protège les cellules contre le vieillissement prématuré causé par les radicaux libre et facilite les fonctions immunitaires. De plus, elle facilite l’absorption du fer non-hémique d’origine végétale.

Les groseilles sont également riches en composés phénoliques et en flavonoïdes, substance ayant un fort potentiel antioxydant..

Potassium

Les groseilles sont également une bonne source de potassium. Comme le sodium, le potassium est un minéral essentiel qui assure plusieurs fonctions nécessaires dans le corps humain.

Avec l’aide du sodium, il contribue au maintien de l'équilibre acide-base du corps et il contrôle le pH à l'intérieur des cellules. Il est également essentiel à la transmission des impulsions nerveuses, à la contraction musculaire, il participe au bon fonctionnement des reins et des glandes surrénales et aussi à la synthèse des protéines et au métabolisme des glucides.

Pectine

Les groseilles sont des fruits riches en pectine, un type de fibre qui a la propriété de former un gel en emprisonnant l’eau. La pectine aurait de nombreux bienfaits sur la santé notamment sur la diminution des niveaux de cholestérol sanguin ainsi que de la glycémie.

La pectine aurait aussi la capacité de retarder la vidange gastrique et ainsi favoriser la satiété. Elle a aussi été étudiée en lien avec certains types de cancer notamment le cancer du colon. Finalement celle-ci aurait la capacité de former une barrière physique protégeant les cellules intestinales contre une infection microbienne.

Utilisation

Dû à leur richesse en pectine, les groseilles à grappes sont préparées pour faire des compotes, gelées et confitures. Par contre elles sont aussi utilisées dans la préparation de sirop et de vin.

Elles se consomment habituellement cuites et peuvent être incorporées aux puddings, gâteaux et tartes.

Elles se consomment également natures, seules ou en salades mais crues, elles ont une saveur aigrelette.

Elles accompagnent bien les poires, prunes, framboises, et les ananas. Le jus de groseille peut également remplacer le vinaigre dans la préparation d’une vinaigrette.

Pour la groseille à maquereau, elle peut être consommée crue avec un peu de sucre mais aussi en tartes, sorbets, gelées et sirops, puddings et salade de fruits. Elle peut également servir à la garniture d’une viande ou d’un poisson notamment le maquereau.

Si le but et de faire des confitures ou gelées, mieux vaut choisir les groseilles qui ne sont pas complètement mûres car leur contenu en pectine sera plus élevé.

La cuisson des groseilles se fait lentement dans une petite quantité d’eau ou de jus. Il est conseillé d’ajouter du sucre après la cuisson pour diminuer le goût aigre de ces petits fruits.

Lorsqu’ils sont frais, ils se gardent 2 à 3 jours au réfrigérateur.

Il est également possible de les congeler entiers avec ou sans sucre.

Il est conseillé de les laver qu’au moment de les utiliser.

 


 

Source : Passeport Santé.net

A lire aussi : Groseillier à maquereau (Groseille)

 


 

Publié dans Fruits

Les bienfaits des amandes sont nombreux. Véritable concentré de vitamines, minéraux et d'antioxydants, l'amande est incontestablement l'alliée d'une alimentation saine.

Nous vous révélons six faits sur les amandes qui pourraient bien vous surprendre.

1. Contrairement aux idées reçues, les amandes ne font pas grossir

On a tendance à penser que les fruits à écale et les oléagineux sont des aliments gras qui font grossir, à tort. Au contraire, les oléagineux, parmi lesquels les amandes, augmentent l’effet de satiété et freinent l’absorption des lipides.

2. Les amandes sont particulièrement recommandées pour les végétariens

En plus d’être riches en calcium, en magnésium et en fibres, les amandes présentent une teneur en protéine élevée et constitue une bonne alternative aux produits animaux dans le cadre d’un régime sans viande.

3. Les amandes grillées sont moins bonnes que les amandes crues

Bien souvent, les amandes grillées sont cuites dans de mauvaises graisses. C’est pourquoi il est conseiller, pour un choix plus sain, de les consommer crues ou grillées à sec.

4. Les amandes sont d'excellents alliées pour vos défenses immunitaires

En plus d’être riche en nutriments, les amandes ont de grandes propriétés antioxydantes. Une poignée d’amandes contiendrait une quantité de polyphénols (des antioxydants) équivalente à celle d’un bol de brocoli ou de thé vert.

5. Il est nettement préférable de manger les amandes avec la peau

La fine peau qui recouvre l’amande est la partie la plus riche en antioxydants et est extrêmement nutritive. Elle est notamment réputée pour ses propriétés anti-virales et anti-inflammatoires. On privilégie donc les amandes entières, et avec la peau.

6. L'amandier et le prunier appartiennent à la même famille

L’amande est le fruit de l’amandier qui fait partie de la famille des prunus, des arbres et arbustes donnant des fruits à Noyau. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’amande est donc de la même famille que les pêches, les cerises ou encore les prunes.

 


 

Source : Bio à la Une

 


 

Publié dans Fuits et légumes secs
vendredi, 14 juillet 2017 11:49

L'Abricot

Carte d'identité

Apparu il y a 5 000 ans, l’abricot est aujourd’hui un fruit apprécié de tous en été. Les variétés se sont développées au fil des années, multipliant les textures et les saveurs.

Cultivé dans le sud-est de la France, l’abricot apparaît aux beaux jours et garnit les étals de sa chair gorgée de soleil. Riche en nutriments essentiels, il se décline dans des recettes aussi bien sucrées que salées.

En bref

- Un abricot pèse 45 grammes en moyenne. Plus ou moins gros selon les variétés, il conserve une teinte orangée caractéristique, souvent tachetée de rouge, et une peau duveteuse. Sa chair est pulpeuse, sucrée et juteuse.

- D’un apport calorique moyen, l’abricot est un des fruits les plus riches en provitamine A (ou carotène) : un fruit apporte pratiquement 50% du besoin quotidien. Croquez l’abricot à pleines dents pour profiter de cette source d’énergie gourmande.

- S’il est délicieux nature, l’abricot s’accommode aussi simplement en dessert, relevé de citron et/ou d’épices. Plus audacieux, il accompagne également les mets salés (canard, porc, viandes et poissons fumés, mâche, épinards).

- Il existe de multiples variétés d’abricots cultivées en France. Les terroirs favorables à l’espèce leur confèrent une grande saveur.

- L’abricot est un fruit estival dont les variétés se succèdent au fil de la saison.

Les variétés

La France recense de multiples variétés d’abricots. La plupart d’entre elles sont liées à une région de production en particulier. Elles se regroupent en 3 familles distinctes : les variétés précoces, de saison et tardives. Ainsi, ce n’est que l’une après l’autre qu’elles font leur apparition sur le marché.

LES VARIÉTÉS PRÉCOCES

Elles s’épanouissent sous les chauds rayons du soleil provençal.

L’Orangered

Robe : l’Orangered est orange cuivré avec une face rouge.

Production : deuxième variété d’abricot la plus consommée en France, l’Orangered représente la moitié des variétés précoces produites.

En bouche : chair ferme et parfum musqué.

Abricot parfumé, le Tom Cot fait également partie des variétés précoces.

LES VARIÉTÉS DE SAISON

Le Rouge du Roussillon

Robe : le fruit se teinte d’orange clair et de petites taches rouges.

Production : sa période la plus goûteuse se situe dans les deux premières décades de juillet. il s’épanouit dans le climat bénéfique des Pyrénées-Orientales.

En bouche : sa chair ferme et parfumée renferme un goût délicat.

Préparations préférées : cette variété se prête particulièrement à la préparation de confitures.

Variété de saison, le Kioto se présente sous la forme d’un fruit de calibre moyen à la chair ferme, sucrée et peu parfumée. Laissez-vous attirer par ses couleurs chatoyantes.

LES VARIÉTÉS TARDIVES

L’Orangé de Provence (ou Polonais)

Robe : le fruit présente une forme oblongue, de couleur orangée teintée de rouge.

Production : cultivé dans la région des Baronnies et du Ventoux en Provence, il se récolte et se consomme aux 2e et 3e décades de juillet.

En bouche : sa saveur parfumée et sa chair fine et fondante charment toutes les papilles.

Préparations préférées : il se déguste nature, mais aussi en confiture.

Le Bergarouge

Robe : le Bergarouge présente une robe orangée avec une surimpression de rouge foncé.

Production : cette variété récente a été créée par l’INRA à la fin des années 1990.

En bouche : un fruit excellent au goût, son parfum d’abricot est très typé.

Le Bergeron

Robe : gros fruit rouge safran, coloré de rouge à maturité.

Production : adaptée à l’altitude, cette variété d’abricots cultivée en Vallée du Rhône révèle toutes ses saveurs la dernière quinzaine de juillet.

En bouche : sa chair ferme renferme une qualité gustative exceptionnelle.

Préparations préférées : le Bergeron se consomme principalement nature, et se conserve parfaitement.

Toutes ces variétés, aux saveurs douces et délicates, se prêtent aussi bien à une dégustation à la croque qu’à des recettes poêlées, compotées…

Les producteurs se tournent de plus en plus vers des fruits de gros calibre. La gamme variétale va s’élargir dans les années à venir avec des variétés entièrement rouges.

Choisir et conserver

Pour choisir un bon abricot, faites confiance à votre odorat. L’abricot est un fruit fragile dont les saveurs peuvent rapidement s’altérer; il est donc préférable de le consommer rapidement.

TROUVER LE BON PRODUIT

Contrairement à la banane ou à la poire, l’abricot ne mûrit plus une fois cueilli. Voici quelques conseils pour choisir des fruits à maturité :

- ne surtout pas se fier à la coloration du fruit qui se produit avant que le fruit ne soit mûr ; elle ne constitue donc en rien une garantie de saveur ;

- le fruit doit être charnu, souple au toucher et parfumé.

… ET BIEN LE CONSERVER

- L’abricot se consomme rapidement après achat pour qu’il conserve fermeté et saveur.

- Mieux vaut lui éviter le froid : il se garde très bien à l’air ambiant, dans un compotier par exemple.

- Par temps chaud, vous pouvez le stocker 2 ou 3 jours dans le bac à légumes. Pensez bien, dans ce cas-là, à le sortir 20 minutes avant de le déguster pour que ses saveurs reprennent toute leur « ampleur ».

LES SIGNES EXTÉRIEURS DE QUALITÉ

L'abricot rouge du Roussillon dispose d'une appellation d'origine protégée. L'AOP vient reconnaître un savoir-faire spécifique à une aire géographique.

EMBALLÉ, C’EST PESÉ

L’abricot est un fruit sensible aux chocs. Il réclame donc un conditionnement spécifique pour le protéger :

- le plateau lité, qui met en valeur la qualité du produit ;

- la caisse en vrac.

Bien cuisiner

L’abricot se consomme aussi bien cru que cuit. Ses saveurs se déclinent en version salée ou sucrée. Voici quelques astuces pour sublimer ce fruit aux parfums délicats !

EN UN TOUR DE MAIN

L’abricot se consomme aussi bien cru que cuit. Ses saveurs se déclinent en version salée ou sucrée. 

LES MODES DE CUISSON

Suivant la recette, l’abricot pourra être poêlé, poché, compoté… Voici quelques indications pour les préparer :

- 7 ou 8 min revenus dans du beurre à la poêle, pour des préparations salées ou sucrées ;

- environ ¼ d’heure à feu doux avec un fond d’eau pour réaliser une compote ;

- entre 15 et 20 min en papillote, pour préserver toute la saveur du fruit ;

- quelques instants à la vapeur pour les garder un peu fermes ;

- 15 min pochés dans un sirop léger parfumé aux épices (vanille, badiane, réglisse, etc.).

Miam !

Pour parfumer compotes, confitures ou coulis, cassez quelques noyaux d’abricots en deux pour en prélever l’amande. Cette dernière amène un arôme délicat à votre préparation. Il ne faut pas compter plus d’une amande pour dix abricots, sous peine que le goût devienne amer.

MARIAGES ET ASSORTIMENTS

Traditionnellement croqué nature ou en dessert, l’abricot accompagne également à merveille vos entrées et plats :

- des salades douces (mâche, épinards) colorées de quelques dés d’abricot ;

- des viandes et poissons fumés accompagnés d’une compotée ;

- du porc ou du canard, laqué avec le jus de cuisson des abricots.

Donnez une touche d’originalité à toutes vos recettes en cuisinant l’abricot avec :

- du basilic, de la menthe, du thym, du romarin, de la verveine ;

- du foie gras ;

- de l’huile d’olive ;

- des féculents (blé, quinoa, riz arborio) ;

- des zestes d'orange ou de citron ;

- des biscuits (spéculoos) ou du pain d’épices émiettés ;

- des amandes ;

- de la vanille, de la cardamome, de la réglisse, de la badiane.

Le conseil du chef

« Lors de la cuisson, l’abricot peut rendre un peu d’eau. Pour ne pas détremper vos fonds de tartes, répartissez un peu de poudre d’amandes ou de biscuits réduits en chapelure et placez les oreillons côté peau sur la tarte. »

Nutrition et bienfaits

L’abricot est un aliment allié de votre tonus. Peu calorique, il apporte minéraux et équilibre à votre corps. Sa teneur en potassium est particulièrement élevée (237 mg/100 g). Sa chair fournit de nombreux oligoéléments, notamment du bêta-carotène.

LE PETIT PLUS BIEN-ÊTRE

Consommé à maturité, l’abricot atteint un parfait équilibre sucres/acides organiques, concourant à la saveur du fruit. Bien que riche en fibres, l’abricot se digère parfaitement bien grâce aux pectines qu’il contient.

Le coin des curieux

Apparu il y a cinquante siècles, l’abricot ne fut pas immédiatement accueilli en France à la mesure du succès qu’on lui connaît aujourd’hui.

UN PEU D'HISTOIRE

Originaire de Chine, l’abricotier poussait à l’état sauvage il y a 5 000 ans. Il fut introduit en Occident par Alexandre le Grand qui emprunta la célèbre Route de la Soie. Les Arabes le propagèrent par la suite dans tout le bassin méditerranéen, notamment dans le sud de l’Espagne. Le climat, particulièrement favorable, permit à l’abricotier de s’implanter durablement.

Un accueil mitigé en Europe

Ce fruit aujourd’hui apprécié des consommateurs eut quelques difficultés à s’implanter sur le territoire français.

Importé d’Italie au milieu du XVe siècle, l’abricotier fit son entrée dans le potager de Versailles grâce à La Quintinie.

Ce n’est que 300 ans plus tard que la culture de l’abricot se développa.

Dans son Traité des arbres fruitiers, Duhamel du Monceau dénombre ainsi treize espèces d'abricots.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les Romains le surnommaient praecoquum, qui signifie « précoce ».


 

Source : Fruits et Légumes Frais - Interfel

Retrouvez nos recettes à base d'abricots

 


Publié dans Fruits
mercredi, 28 juin 2017 10:12

La Canneberge

L'air de la répartition de la canneberge (ou cranberry en anglais) s'étend de la Caroline du Nord à Terre-Neuve.

Ce fruit indigène de l'Amérique du Nord est cultivé dans les tourbières recouvertes de couches de sable et de matière organique.

Comment les choisir et les utiliser

En France, on trouve parfois des canneberges fraîches dans les supermarchés à l'automne, ou bien toute l'année dans les magasins spécialisés dans les surgelés.

Souvent utilisée pour confectionner des desserts, cette base ajoute un éclat de couleur et de saveur aux condiments salés, au chutneys (Condiment constitué de légumes cuits dans du vinaigre sucré et des épices) et aux compotes.

Pour votre santé

Contenant de la vitamine C, du manganèse et tout un éventail de phytonutriments, elles ont également l'un des pouvoirs antioxydant les plus élevés de tous les fruits.

Des essais à petite échelle indiquent que boire chaque jour du jus de canneberge -depuis longtemps préconisé comme remède contre les infections urinaires - peut faire baisser les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. 

Des études ont montré que ce jus empêche les bactéries de se coller contre les parois de l’appareil urinaire, bien que les chercheurs aient obtenu des résultats équivoques. 

Mais souvenez-vous bien que consommer du jus ou des extraits n'apporte pas les mêmes bienfaits que le fruit entier.

Pour la planète

Ces baies sont surtout produites aux Etats-Unis et au Canada. 

En France, leur culture a fait son apparition dans les Vosges, région qui abrite également des canneberge sauvages dans ses tourbières.

Conseils de préparation :

A vos fourneaux !

Étonnez vos invité avec une dinde rôtie aux canneberge pour Noël ! C'est le plat favori des Américains pour la fête de Thanksgiving, en novembre.

La sauce confectionnée avec ces fruits est facile à préparer :

Faites bouillir les baies fraîches dans l'eau, laissez mijoter et adoucissez avec du sucre, du miel ou du sirop d'agave.

Vous pouvez l'agrémenter en ajoutant un zeste d'orange ou de noix grillées.

Les canneberges entrent aussi dans la composition de nombreux dessert : muffins, cookies, cakes.....

 


 

Source : National Géographic 

 


 

 

 

Publié dans Fruits
jeudi, 15 juin 2017 07:50

L'Avocat

Bienfaits

Valeurs nutritionnelles pour 100 g

  • Protides 1,8 g
  • Glucides 0,8 g
  • Lipides 14.2 g
  • Calories 138 kcal

Souvent pointé du doigt à cause de sa richesse en graisses, l'avocat convient en fait parfaitement aux personnes à forts besoins énergétiques, comme les sportifs ou les enfants en pleine croissance.

Avec 138 kcal pour 100 g, l'avocat se distingue par un taux d'acides gras insaturés élevé, favorables au bon fonctionnement de l'appareil cardio-vasculaire et à la circulation du sang dans l'organisme. Il représente par conséquent un bien meilleur atout énergétique que la plupart des autres fruits frais.

Bien que le taux diffère largement selon les variétés, on trouve en moyenne 14 g de lipides dans un demi-avocat (100 g), ce qui le classe parmi les fruits les plus gras, juste derrière les noix. Toutefois, s'agissant en grande partie d'acide linoléique, ces lipides permettent notamment de faire baisser le taux de mauvais cholestérol dans le sang.

Avec 1,8 g, les protides sont suffisamment représentées dans la chair d'avocat, au contraire des glucides qui atteignent ici une proportion bien inférieure à celle généralement disponible dans les fruits.

Côté minéraux, l'avocat représente une grande source de magnésium, et surtout de potassium (550 mg pour 100 g), bénéfique pour la tension artérielle. De même, le phosphore, mais aussi le fer, le cuivre et le zinc font de ce fruit une mine non négligeable de minéraux et oligo-éléments.

La richesse de l'avocat en vitamines lui permet de couvrir une bonne partie des apports journaliers recommandés. On compte, entre autres, la vitamines C (11 mg pour 100 g, soit autant que la banane), la B, et surtout la E, qui offre des propriétés anti-oxydantes permettant de lutter efficacement contre le vieillissement.

A noter que l'avocat est régulièrement utilisé dans la fabrication de produits cosmétiques, notamment pour les effets régénérateurs qu'il distille sur le cuir chevelu ou la peau.

Dégustation

Quelle que soit la variété, la chair jaune de l'avocat, ni sucrée, ni salée, dévoile un léger goût de noisette, et une consistance crémeuse proche du beurre lorsque le fruit est bien mûr.

Contrairement à la plupart des fruits, l'avocat ne mûrit pas sur l'arbre mais seulement une fois récolté. De même, il est inutile de regarder la couleur de la peau pour savoir s'il est mûr. La seule solution consiste à légèrement presser la peau afin d'évaluer la texture de la chair, et donc le stade de maturation.

A moins de le manger le jour même, il conviendra plutôt d'acheter un avocat encore ferme et sans tâche, afin de le laisser mûrir jusqu'au jour de sa dégustation. Si l'on souhaite accélérer le processus de maturation, il suffit d'enrouler l'avocat dans du papier journal, ou de simplement le placer dans une corbeille à fruits, aux côtés de pommes ou de bananes qui dégagent naturellement de l'éthylène. A l'inverse pour retarder le mûrissement d'une bonne semaine, l'avocat devra être entreposé dans le bac à légume du réfrigérateur.

Allergique au grand air, la chair jaune de l'avocat a tendance à s'oxyder et à noircir rapidement. Si tel est le cas, arrosez-la simplement de jus de citron, un anti-oxydant très efficace. L'avocat peut également se congeler, mais impérativement en purée avec, encore une fois, du jus de citron. Si par hasard, la peau rechigne à se détacher de la chair, l'astuce consiste à réchauffer quelques instants l'avocat entre ses mains pour faciliter l'épluchage.

Très rarement cuit, l'avocat se consomme donc essentiellement cru, salé ou sucré selon l'endroit de la planète où l'on se situe. En France, si on le consomme généralement en salade avec des crudités, ou en entrée avec de la vinaigrette, il n'est pas rare de le retrouver en apéritif sous forme de guacamole, fameuse spécialité mexicaine à base de purée d'avocat.

De façon plus exotique, il est également possible de déguster l'avocat en dessert, comme au Brésil ou aux Philippines, accompagné de sucre, de citron ou même de crème.

Histoire

Fruit de l'avocatier (persea americana), arbre de la famille du laurier et du cannelier, l'avocat est originaire d'Amérique Centrale, et plus précisément du Mexique où il déjà était consommé par les Aztèques et les Mayas il y a de ça 8 000 ans. Importé en Europe par les Espagnols dès le 17ème siècle, il faudra malgré tout attendre 300 ans de plus pour qu'enfin il s'installe de façon définitive dans la gastronomie française. Contrairement à en Europe, où il était considéré comme un produit de luxe, l'avocat était extrêmement courant en Amérique au point que l'on le qualifiait souvent de "beurre du pauvre".

Aujourd'hui, les avocats que l'on trouve sur les étals de France proviennent principalement des Antilles, d'Afrique, d'Australie, d'Israël et d'Espagne, mais aussi de Corse où l'on recense plusieurs plantations d'avocatiers. Il existe plus d'une dizaine de variétés d'avocat, dont la Fuerte, de la forme d'une poire à la peau fine et brillante, et la Hass, à la peau noire et rugueuse, sont les plus consommées dans l'Hexagone.

 


 

Source : Journal de Femmes

 


 

Publié dans Fruits

Copyright © 2017 Blogs-Savoir - Tous droits réservés